Horaires: Lundi - Vendredi - 8:00 - 18:00, Samedi - 8:00 - 14:00
Blog

Quoi de neuf docteur ?

Sleeve a l’étranger : Les explications du dr Richard Abittan

By : on : 29 décembre 2018 comments : (0)
 
chirurgie de l'obésité

Sleeve gastrectomie

Certains patients décident de se faire opérer d’une sleeve à l’étranger. Vous nous avez questionnés

sur les avantages et les risques qu’il y avait à bénéficier d’une chirurgie de l’obésité dans ces conditions. Nous avons fait le point et avons questionné le Dr Richard Abittan ancien interne des hôpitaux et membre actif de la SOFFCO qui collabore avec Clinic-access.com, la structure de référence pour tout séjour médical au Maroc. Il nous explique comment cela marche.Un chirurgien de l’obésité plus que qualifié 
Afin de savoir si se faire opérer d’une sleeve à l’étranger comportait des risques et comment cela s’organisait, nous avons décidé d’interroger le Dr Richard Abittan. Formé et diplômé en chirurgie bariatrique en France, il opère aujourd’hui au Maroc dans une clinique accréditée comme centre labellisé par la SOFFCO.

Il possède une solide expérience, puisqu’il a déjà pratiqué plus de 1100 by-pass, plus de 1400 sleeve et opère chaque mois plus de 100 personnes obèses. Que ce soit pour une première intervention ou pour une transformation d’une chirurgie bariatrique en une autre…

Pourquoi se faire opérer d’une sleeve à l’étranger ?

MGT : Bonjour Dr Abittan, et merci de prendre le temps de répondre à nos questions. La chirurgie de l’obésité (sleeve ou bypass) est prise en charge en France. Pourquoi proposer aux patients français de venir se faire opérer au Maroc ?

Dr Richard Abittan : En effet, La chirurgie de l’obésité est remboursée en France à partir d’un indice de masse corporelle (IMC) de 40 voire 35 si le patient présente des comorbidités. Dans ces cas, le patient obèse est pris en charge par la Sécurité Sociale.

Pour ma part, je suis avec mon équipe pour une chirurgie préventive, pour soigner les patients obèses réfractaires à toutes les tentatives purement médicales.

Ainsi, de nombreux patients résidant en France, après un parcours du combattant se voient récusés, sous prétexte qu’ils devraient grossir pour être éligibles à l’intervention
D’ailleurs de nombreux patients obèses nous sont adressés par des collègues français.

MGT : Pourquoi avez-vous décidé de contourner le protocole des Hautes Autorités de Santé Françaises en acceptant d’opérer des patients qui ne seraient pas pris en charge en France à cause de leur poids, par exemple, ou de problèmes psy comme les addictions, etc. ?

Nous ne contournons pas de loi dès lors qu’elle n’est pas applicable sur un territoire concerné. Dans d’autre pays les patients peuvent très bien se faire opérer à partir d’un IMC inférieur à 40.

Nous opérons certes des patients obèses qui ont un IMC inférieur à 40 mais qui sont par ailleurs totalement éligibles pour une chirurgie bariatrique conformément aux règles des sociétés savantes. Les patients souffrant de troubles psy ou d’autres addictions sont contre indiqués.

MGT : Combien de patients étrangers avez-vous déjà opéré ?

Nous avons commencé à opérer entre 1 et 2 patients par mois en 2008, maintenant c’est 5 patients par semaine. Nous ne nous concentrons pas sur le volume des patients mais plutôt sur la qualité des prestations.

MGT : Comment se déroule la prise en charge avant l’intervention ? Quels sont les critères que vous prenez en compte pour réaliser l’intervention ? Quels sont les critères d’exclusion (poids, pathologies associées, problème psy, etc.) ?

Les patients qui prennent contact avec nous sont immédiatement pris en charge par notre équipe médicale via notre patient manager pour tout le processus préopératoire.

une consultation en vidéo-conférence est programmée avec les patients et l’équipe médico-chirurgicale pour évaluer rigoureusement l’obésité maladie. Les critères d’exclusion sont tout d’abord un IMC trop bas (inférieur à 33) et surtout toutes les contre-indications formulées par la haute autorité française de santé, notamment les affections psychiatriques et l’alcoolisme.

Il faut noter que ce n’est pas une chirurgie esthétique, les chirurgies bariatriques sont des interventions lourdes. Nous expliquons bien à nos patients que ce n’est pas une intervention miracle, en effet elle nécessite un suivi psycho-nutritionnel rigoureux assisté d’une activité physique régulière.

Tout un bilan exhaustif est demandé en préopératoire.

Nous suivons nos patients de très près ce qui nous permet d’avoir régulièrement des nouvelles de leur évolution tant au niveau médical que nutritionnel

Suite de l’article ici 

admin

Author

view all posts

Laisser un commentaire